Guetta-Villani.jpg


Lors de la conférence sur l’Europe, point d’orgue du printemps Macron, Cédric Villani et Bernard Guetta nous font partager leur envie d’Europe


Les conventions démocratiques visant à recréer un débat démocratique européen suffiront elle à combler le vide laissé par une Europe jugée technocratique ? Rien n’est moins sûr pour Bernard Guetta, qui tout en reconnaissant l’Européanisme du candidat Macron constate que l’Europe est devenue insupportable à une majorité d’europhobes et d’eurosceptiques. Cédric Villani, chercheur, médaille Fields évoque une Europe absolument évidente pour la communauté scientifique Internationale à laquelle il appartient. Une Europe indispensable devant l’imminence des périls grandissant à nos frontières comme sur le plan économique ou une Union forte peut faire face à la rapacité de multinationales apatrides, enfin une Europe déjà cyber colonisée par les géants de l’Internet qui si l’on y prend garde pourraient s’insinuer dans notre quotidien après s’être emparées de nos donnée. Villani, nous rappelle que depuis deux mille ans l’Europe est en avance sur le reste du Monde dans pratiquement tous les domaines et que menacer l’Union c’est porter atteinte à un édifice d’une ampleur inégalée. Villani nous interpelle, souvenons-nous que la maxime européenne, Unité et Diversité résume bien l’ambition européenne qui vise bien moins à aplanir nos différences que de transfigurer nos diversités. Finalement, une Europe qui s’affirme par sa puissance à la face du Monde par une défense commune indispensable dans un monde de plus en plus instable.

Pour Bernard Guetta, le diagnostic est sans appel. L’Europe s’est faite à côté des peuples. Depuis les accords de Maastricht et l’introduction de l’euro, 500 millions de citoyens européens ont vu rentrer dans leurs vies des restrictions budgétaires. Dans le même temps, devant un Monde de plus en plus inquiétant, une société en transformation ; à l’international, une Amérique qui nous pose problème, l’Asie qui plonge dans une instabilité inquiétante, une menace à l’Est avec la Russie de Poutine, le terrorisme à nos portes ; les occidentaux sont au bord de la panique et nos concitoyens se raccrochent à l’idée d’un monde désormais disparu, d’une France flamboyante qui seule pèse désormais bien peu. Ne nous méprenons pas, il n’y a pas tant de place en Europe pour autant de Suisses.

Selon Bernard Guetta, notre credo pour l’Europe, c’est réussir sur quelques grands sujets : bâtir l’Europe de la Défense, voilà le premier objectif mais aussi les grandes universités européennes qui puissent attirer les meilleurs chercheurs, une protection sociale et non celle réservée aux travailleurs détachés. On pense aux grandes réussites des mécanos industriels, l’Europe de l’espace, AIRBUS. L’identité européenne existe : Prenez l’avion de Stockholm à Athènes vous n’aurez pas l’impression de changer de Monde. Souhaitons-nous devenir des petits duchés sous la coupe de grande puissance ou bien une grande puissance européenne qu’on nous envie ?